Le maquis que l’Histoire avait oublié
 

Le camp du Struthof-Natzweiler

Le 30 janvier 2007, par Gerard,

Le camp du Struthof [1]

Seul camp de concentration installé en France, mais bien en Allemagne pour le Grand Reich. Suite de la défaite de juin 1940 l’Alsace était ré-annexée en province allemande

Multinationale industrielle employeur de forçats, centre d’expérimentations médicales de la Faculté de médecine de Strasbourg sur les cobayes humains... Mais d’abord machine à détruire les résistants, relayée par 70 camps annexes (Kommandos) répartis dans toute l’Europe [2]

5 commandants s’y sont succédés : Hans Hüttig (31 mars 41), Egon Zill (24 avril 42), Josef Kramer (4 octobre 42) [3] Fritz Hartjenstein (12 mai 44) [4], Heinrich Schwarz (18 février 45)

Son isolement au sommet d’un ballon des Vosges, l’extrême rigueur du climat, l’exceptionnelle inhumanité de son encadrement, le mettent dans le peloton de tête des records "d’efficacité" : 52 000 hommes passèrent ici ou allèrent directement dans ses kommandos [5], environ 22 000 n’en revinrent pas ! [6]

Ce camp est installé à deux pas d’ici, bien visible depuis les hauteurs. Tout le monde ici en connaissait le "métier"

Son évacuation commence le 2 septembre 44 [7] Il sera vide le 23 novembre quand le découvriront les troupes américaines. Restaient toutefois la plupart des archives, que la fuite précipitée n’avait pas permis de faire disparaître

Notons qu’il servit de refuge d’étape à la Milice dans sa fuite vers l’Allemagne entre le 2 et le 24 septembre 1944 [8]


Le pourquoi de ce camp. Ce qu’était un Camp de Concentration. Le "tous les jours" des Déportés... Ilustrations dans Notes ci dessous [9] [10] [11] [12] [13]


Sur ce lieu même a été inauguré le 3 novembre 2005 le Centre Européen du Résistant Déporté (CERD)

Un lieu "privilégié" de Mémoire, qui met le visiteur face à son livre d’histoire et devant les réalités de la nature humaine, jetés ici à la figure dans leur vérité toute nue [14]

Une équipe particulièrement qualifiée dirigée par Frédérique Neau-Dufour, résolument motivée à redonner leurs places aux faits, à ceux qui les ont faits et au pourquoi ça... pour qu’on ait envie d’en tirer les leçons

2 sites pour en savoir plus :
- Sur Internet. Cliquer
- Sur Facebook. Cliquer

Notes :

[1] Struthof-Natzweiler, son "curriculum vitae". Dossier particulièrement précis et renseigné sur site CERD Struthof. Cliquer

[2] Struthof-Natzweiler, ses camps annexes. Dossier particulièrement précis et renseigné sur site CERD Struthof. Cliquer

[3] "Kramer, un nazi de la première heure". Un Mémo de Radio France à propos de celui qui fut un des Lagerführer du Struthof :

"... Je n’ai éprouvé aucune émotion en accomplissant ces actes car j’ai été élevé comme cela" (mots de Josef Kramer lors de la lecture de son acte d’accusation)

A l’issue de son procès au camp de Bergen-Belsen dont il avait fait également un enfer, il sera condamné à mort par les Anglais et pendu fin 1946. Le camp, dévasté par le typhus, était tombé dans un tel état d’insalubrité que les Britanniques n’eurent d’autre solution que d’y mettre le feu. Hasard ou coïncidence, le Struthof fut lui aussi ravagé par une épidémie de typhus provoquée par les médecins nazis à la recherche d’un prétendu vaccin.

Josef Kramer, né en 1906 à Munich, rejoint le NSDAP (Parti National-Socialiste) dès 1931. Un an plus tard, il est membre de la SS. Garde SS à Dachau en 1934 (Dachau fondé en 1933, est le premier camp de concentration allemand). Après un premier passage à Auschwitz, Kramer obtient le commandement du Natzweiler-Struthof puis en mai 44 celui de Auschwitz. A l’approche des soviétiques en novembre 44, Kramer reçoit l’ordre de rejoindre le camp de Bergen-Belsen. C’est là et au bout d’une corde que se terminera sa fulgurante carrière... "

(Source Radio France/Les cahiers de l’Histoire)

[4] L’équipe de direction du camp du Struthof de la fin de l’été 44 à l’évacuation définitive de fin novembre. Dans document PDF de bas de page (extrait de "Missing Parachutists", rapport major Barkworth 2ème SAS, 14 novembre 1945)

[5] "Zoom" sur 2 kommandos du Struthof-Natzweiler, au travers du livre Haslach Vaihingen. Un exceptionnel document, récent et abouti, résultat d’un travail exemplaire, sa présentation en résumé :
- Sur le site des auteurs. Cliquer
- Sur le site du CERD Struthof. Cliquer

[6] Le camp de Struthof-Natzweiler :
- Article de Wikipedia. Cliquer
- Les dossiers établis par Robert Steegmann. Ce qu’il y a de plus réfléchi, complet et précis sur ce camp et ses mécanismes : un aperçu au travers de son livre "Le Camp de Natzweiler-Struthof". Extraits dans Google Books. Cliquer
- Le dossier dédié des Archives départementales du Bas Rhin, particulièrement documenté. Cliquer

[7] Récits de témoins de l’évacuation du camp souche du Struthof (l’« entreprise » Natzweiler-Struthof continuera toutefois de fonctionner jusqu’à la fin de la guerre !). Cliquer

[8] Rappelons que la nuit précédant l’arrivée des premiers Miliciens (nuit du 1er au 2 septembre 1944) eut lieu au block crématoire le dernier mais sans doute plus significatif massacre perpétré au camp : l’exécution "à la chaîne" de 141 résistants amenés du camp de Schirmeck (106 du réseau Alliance dont 15 femmes et 35 d’ici). Pour plus d’explications. Cliquer

[9] Le dossier Natzwiller-Struthof dans "Chemins de Mémoire", un site du gouvernement français. Cliquer

[10] L’exécution, 6 juillet 1944 au block crématoire, de 4 femmes du SOE. Explications :
- Edenbridge’s website : The 4 Heroines of SOE murdered at Struthof and a quick story of this concentration camp. Click here
- National Memorial Arboretum, carré Allied Special Forces : inauguration du Vera Atkins’ Memorial. Cliquer

[11] Un DVD de 52 mn : "Le Struthof". Voir sa présentation. Cliquer

[12] Reportages de Radio France ou France 3 sur Le Struthof Natzweiler :

- Le dossier spécial de Radio France Bleu Alsace Struthof, un camp nazi sur le sol français. Ce dossier, réalisé en 1995 par Olivier Vogel, n’est maintenant plus en ligne et il est nécessaire d’en acquérir le DVD. Cliquer pour en savoir plus (Ne pas manquer d’en écouter les 10 témoignages de rescapés. Remarquable). Merci aux hommes rescapés de cet enfer et à Olivier Vogel d’avoir permis ce témoignage
- Une émission reportage de RFI diffusée le 26/01/2005. Explications et témoignages sur le "comment ça marchait". Cliquer
- "Natzwiller-Struthof-Un souvenir français" du cinéaste Robin Hunzinger. Remarquable film de réflexion sur ce qui résiste et ce qui s’efface dans la mémoire d’un lieu. Cliquer

Témoignages plus récents (2013 -2015), parmi ceux ci :
- Reportage audio de France Culture. Emission "La Fabrique de l’Histoire". Cliquer
- Reportage audio de France Inter. Emission "La Marche de l’Histoire". Cliquer
- Un montage vidéo de 2013. Cliquer
- Témoignage vidéo de Pierre Rollinet ancien déporté du camp. Cliquer

[13] Dossier Le KL Natzweiler et ses kommandos extérieurs par Robert Steegmann. Site de la FNDIRP "Le Patriote Résistant" de septembre 2004. Cliquer. (Nota : ce lien a "disparu" du site FNDIRP ( ???). Ce dossier est remplacé ici par le dossier Mémoire vivante-Natzweiler, publié sur le site de la FMD et remarquablement bien fait. Cliquer

[14] Un exceptionnel panorama du camp vu d’en haut : vidéo Vimeo Live Drone. Cliquer

 

Documents joints à l'article

Struthof fin été 44 à évacuation de fin novembre
PDF | 175.2 ko | document publié le 6 octobre 2008
L’équipe de direction

Rubriques du site

1.Introduction
Infos pratiques
Le Maquis que l’Histoire avait oublié
Pourquoi ce site
2.Orphelins de Déportés
3.Histoire d’ici
1 - Le Vosgien d’ici en 1940
2 - Le contexte général
3 - Ce qui s’est passé ici
- 1940
- 1941 à 1943
- 1944
Les 2ème et 3ème - les 2 "grandes" - déportations de 44
4 - Bilan humain. La vallée aux 1000 déportés
5 - Les SAS ici
- L’Opération Loyton
- La Mémoire
- Le prix payé
- Témoignages des hommes
6 - In memoriam
- Commémoration des 3 Déportations de 44
- Hommage à la Résistance d’ici, gens du Rabodeau et parachutistes Anglais
- Lieux de Massacres et d’Exécutions sommaires
- Moussey Le Mont 6 juin 2010. Le 13ème Dragons saute sur "Anatomie"
7 - Notes
- Notes
- Voir aussi
- Chants de la Résistance
- Découvrir la vallée du Rabodeau
8 - Brochure-Résumé
9 - Explications. Réflexions
4.Liens
5.Témoignages
La vérité remise à sa place. 7 publications significatives
Le film documentaire "Nazis Hunters. Justice SAS Style"
Les Résistances. Témoignages filmés
Les Résistances. La Désobéissance est le plus sage des Devoirs
Témoignages. Faits et hommes d’ici
Témoignages. Faits et hommes dans les camps
6.Ecrits de rescapés
1 - Marius Schmit
2 - Roger Leboube. Collectif de 8 rescapés
3 - Marcel André
4 - Aimé Vigneron
5 - Marcel Dolmaire alias Marcel Dejean
6 - Jean Vinot
7 - Abbé Paul Parguel. Prêtre résistant déporté
8 - MD. Réflexions sur ce qu’auraient pu être...
9 - Albert Fäh. L’odyssée des maquisards de Grandrupt
BP - Docteur Bernard Py
LR - Louis Receveur. Déporté à Dachau
7.Le dernier mot
SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 205 (521940)