Le maquis que l’Histoire avait oublié
 

Et pourtant c’est vrai

Le 12 février 2007, par Gerard,

D’ici, il n’y a pas de photos de pendant, de "reportages" non plus, excepté de rares entrefilets, imprécis ou incomplets, hors contexte pour la plupart. Et les archives officielles sont un désert [1]
- Il n’y a pas eu de combats spectaculaires puisqu’en toute logique seule la lutte de l’ombre était au programme (et l’engagement fut respecté là malgré son prix)
- Hommes d’exception et citoyens ordinaires, très peu "en sont revenus"
- Les rescapés n’ont pas eu le coeur à "raconter leur vie" et toutes les familles sans exception étaient dévastées. Ne comptait plus que d’essayer de reconstruire avec les débris, en silence parce que ce n’est pas dans la nature des gens d’ici de palabrer ni de geindre

Les historiens n’en ont donc pas écrit l’histoire

Il y a eu le silence de la lutte clandestine. Il y a toujours aujourd’hui le silence du recueillement, et il y a celui de la réflexion. Il y a toujours aussi celui des livres d’histoire [2]. Et pourtant :

- Il y a eu ici 4 ans 1/2 de résistance au quotidien d’hommes et de femmes ordinaires. Qui le sait ?
- Il y a eu l’une des plus importantes filières de passeurs [3] Qui le sait ?
- Il y a eu le choix de l’état-major allié de centrer ici l’Opération Loyton. Qui le sait ? Et donc à soutenir l’action des 102 parachutistes Britanniques du 2ème SAS, du F Phantom et du SOE/Jed Jacob, pendant 2 mois 1/2. Qui le sait ? (Plus tard, fin novembre, c’est aussi en passant par la vallée du Rabodeau que la 100ème DI US atteignit Bitche et l’Alsace pour atteindre au plus vite le Rhin)
- Il y a eu consécutivement l’opération WaldFest, et 3 mois de chasse à l’homme menée par les "Einsatz Kommandos" du Sipo/SD. Qui le sait ? Ils ont fusillé ou massacré 25 hommes d’ici. Qui le sait ? Ils ont déporté 943 citoyens des villages dont 661 ne sont pas rentrés (au moins 1 020 et 720, "clandestins" compris). Qui le sait ? Ils ont fusillé ou massacré 39 hommes du 2ème SAS, du F Phantom et du SOE. Qui le sait ? Ils ont dévasté toutes les familles de cette vallée des Vosges : 400 veuves et 750 orphelins. Qui le sait ? ...

Il est surprenant que cette lourde page de la Résistance soit restée ignorée

Sans doute trop compliquée à comprendre et plus encore à raconter, et donc difficilement "médiatisable"... Laissons parler un journaliste parisien débarquant à Moussey en mai 1945 (c’est 10 mois après la libération de Paris... et les problèmes d’ici ne sont sans doute pas le sujet de débat à la mode dans les cercles de la capitale) :

("... des maquisards du coin, il n’y en plus, les Allemands les ont emmenés... des déportés, c’étaient les mêmes ou ceux de leurs familles, il semble qu’il y en ait eu vraiment beaucoup ici et même bien plus qu’ailleurs, un et même plusieurs par famille... des morts dans les camps, on en compte déjà quelques centaines, et on croit qu’il y en aura beaucoup plus mais on ne sait pas lesquels... il n’y a bien sûr pas les corps de ceux qu’on connaît déjà au cimetière du village, il n’y a que quelques plaques grossières, parfois des photos (On ne ramènera jamais les corps au village, et pour cause. Et ce n’est que plus tard qu’on construira un vrai monument aux morts, plus tard encore qu’on mettra des stèles aux endroits les plus marquants)... il y a toujours beaucoup d’habitants, mais ils ont l’air de bêtes qu’on a battues et les hommes sont vieux, ils ne disent rien... ceux qui sont rentrés ressemblent à des ombres, ils ne parlent pas... et puis tout le monde est tout le temps occupé à faire quelquechose, comme les fourmis... les femmes sont toutes habillées en noir et elles ont l’air fanées... les enfants sont habillés un peu n’importe comment et ne jouent pas beaucoup, ils sont apeurés et se sauvent quand on les approche... il y a aussi les cloches de l’église qui sonnent en mort tout le temps (la réalité : il y a tous les jours une messe pour un pas rentré ou plusieurs, et puis, pendant toute la durée du retour des camps, Achille Gasmann, le curé du village, a fait sonner le glas en lieu et place de l’Angelus !) ... et les chefs des maquis, qui eux au moins sauraient raconter, ne sont pas là, on dit que beaucoup d’ici ne sont pas non plus rentrés d’Allemagne et qu’on ne sait rien des autres, que les grands chefs, qu’on n’avait jamais vus ici, n’ont pas été pris et qu’on ne sait pas où ils sont repartis... le maire, qui aurait pu dire beaucoup de choses puisqu’il était un pilier de tout ça, n’est pas revenu non plus des camps... le directeur général des usines qui aurait du savoir beaucoup aussi puisqu’il fournissait la logistique, c’était aussi lui le maire... le curé du village, on dit qu’il savait forcément tout puisqu’il qu’il était aussi le pilier de tout ça, mais il ne veut pas en parler et nous regarde même de haut... les parachutistes Anglais, on dit qu’il en avait partout, qu’on les a nourris, hébergés, tout le temps accompagnés dans leurs opérations, que les Allemands en ont pris aussi beaucoup et qu’ils les ont fusillés ici et on ne sait pas où, mais les autres, ils sont repartis chez eux... j’ai bien essayé de voir avec les gendarmes, mais ils sont nouveaux, ceux qui étaient là pendant ne sont pas rentrés non plus des camps

... Et puis il y a l’histoire des passeurs : c’est des centaines, je crois que c’est des milliers d’évadés que les gens d’ici ont caché, nourri, passé vers la Zone libre et l’Angleterre... la mairie et la gendarmerie du vilage étaient des "usines" à faux papiers... les camions et le petit train Laederich assuraient les "évacuations"... Et ça a fonctionné tout le temps de l’Occupation !

Tout cela m’a l’air énorme... mais je n’ai pas les détails puisqu’il n’y a quasiment personne pour en parler, et je ne sais pas comment faire pour raconter tout ça... Il vaut mieux attendre avant d’en faire un papier... ")

Et il n’y a jamais eu de papier

Le risque avait fait de ces résistants ordinaires des ombres, des infréquentables et du gibier. Il n’en est presque pas rentrés et les autres avaient leurs plaies à panser. Et puis, dans le caractère des gens d’ici, quand on fait on estime que faire suffit... Ces femmes et ces hommes sont ainsi restés dans l’ombre, proprement ignorés cette fois

Ceux qui restaient ont continué en silence à "faire leur devoir", cette fois pour refaire avec les débris et élever les enfants. Leur histoire et l’histoire d’ici n’ont pas été racontées... Dommage, et c’est le fond du problème de ce qu’on nomme aujourd’hui "Devoir de Mémoire". C’est une raison principale de ce site [4]


Il y a cependant quelques photos d’un peu après, ci dessous celles des premières commémorations faites à Moussey. S’ajouteront quelques tardifs et rares entrefilets de journaux (documents PDF ci dessous) [5]

Peut-être suffisent-elles, par le spectacle qu’elles donnent et l’émotion qu’elles trahissent, à faire deviner leur pourquoi... Et à faire réfléchir sur ce qu’est la dignité, sur ce que fut le courage tranquille... sur tout simplement le refus de vivre à genoux des "petites gens" d’ici

(Pour mémoire : Le Lt colonel Franks et la Garde d’Honneur du SAS sont venus partager les cérémonies du 18 août 45 (les derniers vétérans et les hommes du SAS d’aujourd’hui viennent toujours à Moussey depuis, une fois par an, les familles à longueur de temps). Le général de Lattre est venu leur rendre hommage en personne le 24 septembre 1945 en présidant à Moussey la première cérémonie de commémoration de la 2ème déportation d’ici, celle du 24 septembre 44)

Notes :

[1] Il y a toutefois un exceptionnel rapport d’enquête, plusieurs livres... et 2 films documentaires. Ces documents sont Anglais. Le 1er résulte de plusieurs mois de recherches menées dès la libération d’ici (22 novembre) par des hommes du 2ème SAS : le "Rapport Barkworth", les 2èmes s’en sont inspirés pour faire connaître cette histoire (voir rubrique Les SAS ici/Témoignage des hommes), les 3èmes ajoutent â l’écrit la puissance évocatrice de l’image (voir l’avant dernier document PDF de la page)

[2] "There is a heroism beyond all, for which no Victoria Cross is given, because there is no official ennemy nor any sort of firing except one volley in the early morning at some spot where the noise does not echo into the newspapers". Rudyard Kipling

[3] Environ 16 000 hommes ont été "passés" par les sentiers du massif du Donon. C’est au pied du Donon, sur la commune de Raon sur Plaine, qu’est érigé le Monument National des Evadés de guerre et des Passeurs. Et plus de 1 000 visiteurs refont chaque année le chemin de Salm à Moussey par le symbolique "Sentier des Passeurs"

[4] A peu près pas de traces écrites non plus et seulement 1 ligne et demie dans les archives nationales de la Résistance ! Il y a cependant un peu d’histoire officielle, avec son classique train de révisions, de couvertures tirées à soi, de falsifications aussi... Ceci est aussi une des raisons de ce site

[5] Quelques témoignages :
- Celui de la famille de Jean-Baptiste Huin (dit "le Cocusse"), hébergeurs, maquisards, guides des parachutistes anglais... (document PDF ci dessous)
- Celui de Camilla Sykes : les impressions d’une femme anglaise venue ici en août 45 (document PDF ci dessous)
- Celui de Christopher Sykes, captain puis major du 2ème SAS, présent ici durant l’Opération Loyton. Cet homme sait de quoi il parle, puisqu’il en était l’officier de renseignement. Voir extrait dans document PDF ci dessous
- ...

Christopher Sykes, homme cultivé héritier d’une vieille famille noble du Yorkshire et grand voyageur (biographie dans Wikipedia. Cliquer ), a écrit de nombreux ouvrages. L’un est Four Studies in Loyalty (Quatre Etudes sur la Loyauté). La 4ème étude, In Times of Stress, a pour sujet le comportement exemplaire des habitants de Moussey pendant les pires moments de l’occupation allemande et l’Opération Loyton. Voir à ce sujet article Loyauté dans rubrique Notes/Notes. Cliquer

 

Galerie d'images

Moussey 3 novembre 46. Inauguration du Monument des Déportés Moussey 3 novembre 46. Inauguration du Monument des Déportés Moussey 3 novembre 46. Inauguration du Monument des Déportés Moussey 3 novembre 46. Inauguration du Monument des Déportés Moussey 3 novembre 46. Inauguration du Monument des Déportés Moussey 3 novembre 46. Inauguration du Monument des Déportés Moussey 3 novembre 46. Inauguration du Monument des Déportés Marcel Kibler, le "commandant Marceau". Le chef du maquis GMA. A ses côtés (...) Le colonel Marlier. Le chef du maquis 1er RCV FFI (1er Régiment de Chasseurs (...) Nina Johnsen. Cérémonie du 22 juin 2008 au Phantom Memorial Au pied du Donon, le Monument National des Evadés de guerre et des (...) Moussey 24 septembre 45 Et pourtant c'est vrai Moussey 6 juin 2010 Héroïsme de l'ombre Moussey. Le prix payé Angleterre. National Memorial Arboretum Angleterre. National Memorial Arboretum
 

Documents joints à l'article

Et pourtant c’est vrai
PDF | 82.6 ko | document publié le 14 février 2010
Moussey 3 novembre 46. Inauguration du Monument des Déportés
Et pourtant c’est vrai
PDF | 197 ko | document publié le 12 mars 2010
Témoignage du captain Sykes
Et pourtant c’est vrai
PDF | 275.5 ko | document publié le 15 mars 2010
Général de Lattre. Le 1er Anniversaire de la Déportation du 24 septembre
Et pourtant c’est vrai
PDF | 927.5 ko | document publié le 2 avril 2010
Le prix payé pour de nouveau vivre libre
Et pourtant c’est vrai
PDF | 2.7 Mo | document publié le 30 avril 2010
Jean Jacques Chaudre
Et pourtant c’est vrai
PDF | 353.5 ko | document publié le 21 juin 2010
Camilla Sykes, août 45. Impressions d’une femme anglaise
Et pourtant c’est vrai
PDF | 259 ko | document publié le 5 juillet 2010
Famille Jean-Baptiste Huin
Et pourtant c’est vrai
PDF | 155.7 ko | document publié le 18 octobre 2010
Moussey 18 et 19 août 1945. Cérémonie d’hommage aux Déportés du village
Et pourtant c’est vrai
PDF | 533.2 ko | document publié le 5 mai 2012
L’Opération Loyton
Et pourtant c’est vrai
PDF | 349.7 ko | document publié le 7 juin 2012
Moussey 1945. 2 photos : les Déportés rentrés, la "Soupe populaire"
68ème anniversaire du Massacre de St Prayel Ravines
Windows Media | 3.4 Mo | document publié le 14 novembre 2012
Scierie de Barodet octobre 2012. Le God Save the Queen
L’Opération Loyton
PDF | 2.3 Mo | document publié le 21 février 2014
Le film documentaire de Chris Lethbridge sur YouTube
Victor Georges, le "Piton du Harcholet"
PDF | 198 ko | document publié le 16 février 2017
Résistant typique d’ici. Un homme libre

Rubriques du site

1.Introduction
Infos pratiques
Le Maquis que l’Histoire avait oublié
Pourquoi ce site
2.Orphelins de Déportés
3.Histoire d’ici
1 - Le Vosgien d’ici en 1940
2 - Le contexte général
3 - Ce qui s’est passé ici
- 1940
- 1941 à 1943
- 1944
Les 2ème et 3ème - les 2 "grandes" - déportations de 44
4 - Bilan humain. La vallée aux 1000 déportés
5 - Les SAS ici
- L’Opération Loyton
- La Mémoire
- Le prix payé
- Témoignages des hommes
6 - In memoriam
- Commémoration des 3 Déportations de 44
- Hommage à la Résistance d’ici, gens du Rabodeau et parachutistes Anglais
- Lieux de Massacres et d’Exécutions sommaires
- Moussey Le Mont 6 juin 2010. Le 13ème Dragons saute sur "Anatomie"
7 - Notes
- Notes
- Voir aussi
- Chants de la Résistance
- Découvrir la vallée du Rabodeau
8 - Brochure-Résumé
9 - Explications. Réflexions
4.Liens
5.Témoignages
La vérité remise à sa place. 7 publications significatives
Le film documentaire "Nazis Hunters. Justice SAS Style"
Les Résistances. Témoignages filmés
Les Résistances. La Désobéissance est le plus sage des Devoirs
Témoignages. Faits et hommes d’ici
Témoignages. Faits et hommes dans les camps
6.Ecrits de rescapés
1 - Marius Schmit
2 - Roger Leboube. Collectif de 8 rescapés
3 - Marcel André
4 - Aimé Vigneron
5 - Marcel Dolmaire alias Marcel Dejean
6 - Jean Vinot
7 - Abbé Paul Parguel. Prêtre résistant déporté
8 - MD. Réflexions sur ce qu’auraient pu être...
9 - Albert Fäh. L’odyssée des maquisards de Grandrupt
BP - Docteur Bernard Py
LR - Louis Receveur. Déporté à Dachau
7.Le dernier mot
SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 216 (513969)