Le maquis que l’Histoire avait oublié
 

Parachutages de la Royal Air Force dans la vallée du Rabodeau

Le 30 janvier 2007, par Gerard,

L’approvisionnement des armes et équipements, les effectifs SAS, les cadres FFI envoyés de Londres par le général Koenig... en bref tout ce qui est nécessaire à monter l’Opération Loyton et à conforter le maquis d’ici s’effectue par la voie des airs [1]

8 parachutages principaux et centrés sur ici [2] s’échelonneront du 13 août au 28 septembre 44, dont 6 centrés sur Moussey : 2 à la Côte du Mont, 3 dans Moussey même, 1 à Vieux Moulin. Tous ont lieu de nuit

Nuit du 12/13 août. Sur un plateau dégagé de la commune de Le Mont (lieu dit la Prelle, nom de code "Anatomie") :

Parachutage du groupe de reconnaissance et de mise en place de l’opération (15 hommes) commandé par le captain Druce (2ème SAS) [3]
- 7 hommes du 2ème SAS, dont le captain Druce, le captain Goodfellow (un français, de son vrai nom de Lesseps) et le Lieutenant Dill
- Un groupe de reconnaisance et transmissions du F Phantom de 5 hommes commandé par le captain Hislop
- Un Jedburgh du SOE [4], le "Jed Jacob", commandé par le captain Gough accompagné du sergeant radio Seymour et du capitaine "Baraud" (un français, Maurice Boissarie)
- Des containers d’armes, équipements, munitions [5]

Environ 150 hommes de la haute vallée du Rabodeau et de la vallée de la Plaine sont là. Pour accueillir, récupérer, déballer et trier, effacer les traces [6]... puis guider et transporter jusqu’aux Bois Sauvages/Jardin David (en haut de la crête opposée, en retraversant le haut de la vallée par les Chavons)
- Les "Anglais", comme on les appellera familièrement ici, sont accompagnés pour partie vers la 2ème centurie du GMA (Lt "Félix") à la Fontaine des Colas Lorrains, les autres vers des caches de Moussey, préparées "chez l’habitant" et dans les bois de la Basse de Lieumont)
- Le capitaine « Baraud » est accompagné jusqu’à l’état-major du GMA
- Les armes et munitions sont transportées à dos d’hommes jusqu’au Jardin David

Nuit du 31 août/1er septembre et nuit du 6/7 septembre. Environs de Veney (respectivement terrains "La Pédale" puis "Le Pré Barbier") :

- Arrivée (nuit du 31 août/1er septembre) du colonel Franks (le "patron" du 2ème SAS) et du captain Sykes (officier de renseignement)
- Renforcement de l’état major : arrivée du captain Miller et du captain Whately Smith (nuit du 31 août/1er septembre), puis du major Reynolds (nuit du 6/7 septembre)
- Renforcement des effectifs : arrivée (les 2/3 nuit du 31 août/1er septembre, le reste nuit du 6/7 septembre), d’environ 30 hommes supplémentaires : officiers, sous officiers et hommes du rang
- Renforcement de l’unité de transmission : arrivée (nuit du 31 août/1er septembre) d’une deuxième équipe de 3 hommes du F Phantom, commandée par le lieutenant Johnsen et techniquement encadrée par le sergeant Owens
- Arrivée (nuit du 31 août/1er septembre) du commandant FFI Derringer, qui vient prendre la direction opérationnelle du GMA Vosges
- Largage de containers d’armes, de munitions... [7]

6 septembre. De nouveau à Le Mont :

- Largage de containers d’armes et de munitions. Principalement destiné à l’équipement du Maquis (1er RCV FFI) [8]

Nuit du 14/15 septembre [9], nuit du 19/20, nuit du 21/22. Ces 3 parachutages ont lieu à Moussey même, presque en plein village, sur le plateau de la Charbonnière :

- Ils sont articulés sur le plan de progression des divisions américaines, à ce moment là à 30 km et prévues d’arriver ici sous quelques jours
- Ils apportent la suite des troupes du 2ème SAS (environ 30 hommes) et larguent une quantité impressionnante de matériel : des dizaines de containers d’armes et d’équipements, des vivres, ainsi que 6 jeeps spéciales équipées de mitrailleuses lourdes
- Les SAS sécurisent les opérations
- La participation des maquisards de Moussey et des villages environnants est massive
- Les matériels sont emportés à dos d’homme et avec les jeeps vers les caches de Lieumont, Croix de l’Ermite...

28 septembre. Territoire de Vieux Moulin, le Vieux Pommier

Dernier parachutage : réapprovisionnement, armement et argent destinés au Maquis (1er RCV FFI). Le manque de discrétion dont il sera l’objet est pour beaucoup dans la rafle et déportation des 5 et 6 octobre à Vieux Moulin et Senones. Celle ci signera la fin de l’Opération Loyton, et l’écrasement de l’organisation de Résistance d’ici


Ceci, au moment où les Allemands se rendent à l’évidence que le rempart naturel des Vosges est effectivement maintenant leur ultime atout d’empêcher les troupes alliées de plonger vers la plaine d’Alsace... et d’arriver ainsi au Rhin, tremplin de l’invasion de leur sol

Allemands qui stoppent en effet ici leur retraite à partir du 3 septembre, font demi tour et neutralisent comme jamais toute entrave à la mise en place d’un front. Comme jamais réquisitionnent productions et main-d’oeuvre, contrôlent, infiltrent, traquent, arrêtent, exécutent. Ils disposent ou mettent là de gros moyens, par exemple :
- Des unités sont acheminées ici pour consolider ou construire des fortifications [10]
- La Wehrmacht repasse les cols le 3 septembre suite au décret signé par Hitler le 2. Sont en marche des unités combattantes prélevées sur le front de l’Est, la division Das Reich arrive à à Saint Dié...
- ...
- Par ailleurs, une partie du SD de Lyon dont Barbie est repliée à Gérardmer [11], celui d’Orléans arrive à Vittel… celui d’Angers à Saint Dié... le général Karl Oberg, chef suprême de toutes les polices de sécurité France et le Lt colonel Suhr, son adjoint et chef du BDS France [12] viennent s’installer à Fraize Plainfaing... le docteur Isselhorst, chef du BDS Alsace-Bade, étend ses prérogatives et envoie ici ses propres "Einsatz Kommandos"...

Ce qui explique naturellement les 3 mois de "chasse à l’homme" de l’opération "Wald Fest", dont le plus spectaculaire résultat est les 3 grandes vagues de "rafles antiterroristes" et déportations dans la vallée du Rabodeau : plus de 1 000 déportés

Notes :

[1] Plus de détails dans page Les SAS ici/L’Opération Loyton. Cliquer

[2] A noter qu’ont lieu conjointement plusieurs parachutages complémentaires :
- Celui du 3 septembre à Le Ban de Sapt/Gemainfaing : armes et équipements pour le 1er RCV FFI, réceptionné par la formation "capitaine Morel"/"Lt Mallens"
- Ceux de 2 équipes du 2ème SAS directement liées à l’Opération Loyton : l’équipe des Major Power et Lt McGregor, près de Charmes (nuit du 27/28 août) et l’équipe des Canadiens du Lt Maurice Rousseau (x), près de Sarrebourg (nuit du 9/10 septembre)
- Ceux des 3 opérations conjointes à l’Opération Loyton et également dirigées par le 2ème SAS : "Pistol" (Vosges du Nord, secteur Saint Avold/Saverne), "Hardy" et "Wallace" (Vosges du Sud)

(x) Souvenons nous que les Canadiens, nos ""frères d’outre Atlantique", ont pris une large part dans les combats de libération de notre pays et de l’Europe. Lisez cette monographie de Pierre Lagacé, et découvrez l’histoire de ces 2 hommes exemplaires qu’ont été les frères Maurice et Philippe Rousseau. Cliquez

[3] Captain (puis major) Henry Druce. Brève biographie dans un article du Telegraph. Cliquer

[4] Ce qu’étaient les Forces Spéciales SOE, SAS, Jedburgh, F Phantom... :
- Site Revue Historique des Armées. Cliquer
- Les Jedburgh supports du 12ème Groupe d’armées, Nord-Est de la France août 44. Chercher en particulier "Team Jacob 12 août 44" et "Team Archibald 25 août 44" dans Contents au début de l’article ou allez directement page 20 et page 47, respectivement. Cliquer

[5] Voir ci dessous, reprises sur le site Special Forces... , les photos du captain Henry Druce, du captain Victor Gough, du lieutenant Peter Johnsen...

[6] Charles Wantz de Le Mont, aidé de ses fils et avec le tombereau et ses boeufs, opérera le dernier contrôle du terrain et le ramassage des "restes". Il rentrera dans sa grange le tombereau des restes recouverts d’herbe fraîche "pour les vaches" à la barbe d’un groupe d’Allemands venus en "comité d’accueil". La prestance de l’homme, sa Croix de fer d’Alsacien ancien combattant de la guerre de 14-18 dans l’armée allemande, sa parfaite maîtrise du "Hoch Deutsch"... ont stoppé net toute volonté d’investigation. Il rejouera la partie lors du parachutage du 6 septembre, dans des conditions différentes mais avec succès. Parmi d’autres exploits de Charles Wantz, celui de détourner l’attention des gardes allemands en charge des "raflés" du 24 septembre au village. Un court répit qui a permis l’envolée des enfermés vers la forêt quasi contigüe de la Côte du Mont et d’autres caches sûres. Le faible nombre concerné de ce tout petit village, l’étendue de l’opération globale (simultanée dans les 6 "villages du haut") et l’emploi du temps "serré" consécutif n’ont pas permis de rattraper les fuyards : il n’y a ainsi pas eu de déportés à Le Mont, l’exception

[7] Notons le discret parachutage complémentaire de réapprovisionnement de la nuit du 5/6 septembre au sud de Pierre Percée (saisissante aventure à laquelle participèrent l’équipe de Pierre Cérutti et le voiturier Stéquaire... )

[8] Se substitue au parachutage "de Viombois", avorté pour cause de la bataille du même nom, non remplacé en raison de la dissolution du GMA Vosges consécutive de celle ci

[9] Complété, nuit du 15/16, par un parachutage "furtif" de réapprovisionnement sur les hauteurs du Rain de la Vierge

[10] Ils s’activent à terminer, entre Badonvillers et Saâles, le seul bout de la ligne de fortifications Schutzwall West Phalsbourg Delle encore raisonnablement entre leurs mains (des détachements du Génie, du "Volksturm", plus de 1 000 "Jeunesses Hitlériennes"... et plusieurs centaines de "requis" d’ici, y sont employés)

[11] La superbe "décapotable" de Barbie (Simca 8), capture de guerre d’Henri Blaise dans le col de Steige lors de la retraite allemande, a fait au volant de son nouveau maître rêver plus d’un habitant de la vallée du Rabodeau !

[12] Le BDS (Befehlshaber des Sicherheitspolizei und der SD) est le haut commandement de l’ensemble des polices de sécurité d’une zone géographique donnée. Par exemple : BDS Alsace-Bade, BDS France...

 

Galerie d'images

Le captain Henry Druce (2ème SAS) Le captain Victor Gough (SOE. Jed Jacob) Moussey. Plateau de La Charbonnière La Côte du Mont. Lieu dit La Prelle Le lieutenant Peter Johnsen (F Phantom) La Côte du Mont. Lieu dit La Prelle Captain Hislop. Chef de l'équipe du F Phantom Le major Peter Le Poer(alias Power)) Lt Lord John Manners Eglise de Moussey. Le fanion du 2ème SAS La Côte du Mont, lieu dit La Prelle. Dropzone "Anatomie" et 1er des 8 (...) A droite : le Lt canadien Maurice Rousseau (à côté de son frère le Lt Philippe (...) Brian Morton Franks Len (Leonard) Owens
 

Documents joints à l'article

Les parachutages d’ici
PDF | 1.1 Mo | document publié le 6 novembre 2008
Témoignage de J P Houel
Moussey. 35 ans après
PDF | 3.7 Mo | document publié le 16 février 2010
21ème SAS. Colonel Franks
Opération Loyton
PDF | 2.8 Mo | document publié le 10 novembre 2010
Les hommes parachutés
Opération Loyton
PDF | 533.2 ko | document publié le 5 mai 2012
Repères chronologiques

Rubriques du site

1.Introduction
Infos pratiques
Le Maquis que l’Histoire avait oublié
Pourquoi ce site
2.Orphelins de Déportés
3.Histoire d’ici
1 - Le Vosgien d’ici en 1940
2 - Le contexte général
3 - Ce qui s’est passé ici
- 1940
- 1941 à 1943
- 1944
Les 2ème et 3ème - les 2 "grandes" - déportations de 44
4 - Bilan humain. La vallée aux 1000 déportés
5 - Les SAS ici
- L’Opération Loyton
- La Mémoire
- Le prix payé
- Témoignages des hommes
6 - In memoriam
- Commémoration des 3 Déportations de 44
- Hommage à la Résistance d’ici, gens du Rabodeau et parachutistes Anglais
- Lieux de Massacres et d’Exécutions sommaires
- Moussey Le Mont 6 juin 2010. Le 13ème Dragons saute sur "Anatomie"
7 - Notes
- Notes
- Voir aussi
- Chants de la Résistance
- Découvrir la vallée du Rabodeau
8 - Brochure-Résumé
9 - Explications. Réflexions
4.Liens
5.Témoignages
La vérité remise à sa place. 7 publications significatives
Le film documentaire "Nazis Hunters. Justice SAS Style"
Les Résistances. Témoignages filmés
Les Résistances. La Désobéissance est le plus sage des Devoirs
Témoignages. Faits et hommes d’ici
Témoignages. Faits et hommes dans les camps
6.Ecrits de rescapés
1 - Marius Schmit
2 - Roger Leboube. Collectif de 8 rescapés
3 - Marcel André
4 - Aimé Vigneron
5 - Marcel Dolmaire alias Marcel Dejean
6 - Jean Vinot
7 - Abbé Paul Parguel. Prêtre résistant déporté
8 - MD. Réflexions sur ce qu’auraient pu être...
9 - Albert Fäh. L’odyssée des maquisards de Grandrupt
BP - Docteur Bernard Py
LR - Louis Receveur. Déporté à Dachau
7.Le dernier mot
SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 205 (514780)